En faveur d’une conférence tenue  vendredi dans un réceptif hôtelier à Conakry, la structure Hurricane à travers son vice-président a annoncé son intention d’organiser en 2020 le Festival International des Sports Extrêmes (FISE) à Conakry. Il s’agit d’une compétition qui regroupe des sports urbains.

Une initiative bien accueillie par le département des sports. Pour l’heure, rien n’est acquis, le projet est au stade des plaidoyers selon le directeur national des sports. « Nous recherchons l’autorisation auprès du gouvernement pour abriter la compétition. Car comme vous le savez, beaucoup de personnes de divers horizons effectueront le déplacement sur Conakry si on organise l’activité. Donc il faudra prendra en compte plusieurs aspects notamment sur le plan sécuritaire et organisationnel », explique Kabassan Keita.

Peu connu par le public africain, les organisateurs comptent mettre en place des stratégies pour vulgariser la compétition. Il s’agit notamment de faire participer des professionnels mais aussi des amateurs dans les catégories hommes et femmes. Les infrastructures devant abriter l’événement prévu à l’esplanade du palais du peuple seront importées.

C’est la première fois que Hurricane envisage d’organiser cet événement sur le continent africain. Matak Clavier indique que le choix de la Guinée s’inscrit dans un programme qui consiste à faire connaitre et participer plusieurs villes et pays à la compétition. Il ajoute que si le projet se matérialise, la Guinée en tirera profit. « Nous entendons trouver un partenaire local pour laisser notamment des infrastructures à la Guinée qui permettront au pays de développer ces sports. Comme la Guinée a des talents avec le temps on aura des champions qui vont émerger » .

En ce qui concerne la Guinée, des disciplines comme BMX Freestyle, Brakedance ou encore Roller seront concernées. Mais tout participant devra se soumettre aux exigences de Hurricane avant de prendre part car il s’agit des jeux dangereux.

Bintou Soumah