Invité samedi 04 décembre 2021 sur le plateau de la télévision nationale, dans le journal de 20H30, le ministre du Commerce, de l’Industrie et des PME a donné des explications par rapport à l’augmentation du prix du pain et celui du sac de farine. Pour Dr Bernard Goumou, plusieurs raisons expliquent cette situation. Il parle des conséquences de la pandémie de coronavirus, du réchauffement climatique aux États-Unis ainsi que les inondations en France.

Dans un communiqué vendredi 03 décembre 2021, le gouvernement guinéen à travers le ministère du commerce a procédé à l’augmentation du prix du pain. La double baguette est passée de 4000 GNF à 4500 GNF et la baguette simple de 2000 GNF à 2250 GNF. Quant à la farine, le prix du sac est passé de 290 000 GNF à 340 000 GNF.

A la télévision nationale, le ministre Goumou a indiqué que cette augmentation est la conséquence de « la pandémie de Covid-19, les effets de chaleur aux États-Unis et les inondations en France ». Pour lui, toutes ces situations ont permis de réduire la production du blé sur le plan international.

« Deuxièmement, puisque les quantités de blé n’étaient pas suffisantes, certains pays du moyen orient notamment la Chine ont fait des achats massifs de blé pour pouvoir conforter leurs stocks de sécurité. Évidemment, sur le marché international c’est l’offre et la demande. Ce qui s’est répercuté sur les prix du blé sur le plan mondial », a-t-il ajouté.

Poursuivant, le ministre du Commerce explique qu’à Conakry par exemple, en novembre 2020, le prix du blé arrivé au port était à 280 dollars par tonne métrique. En février 2021, il est passé à 330 dollars et aujourd’hui à 430 dollars la tonne métrique. Ainsi, de novembre 2020 à novembre 2021, il y a eu une augmentation de 50% du prix du blé.

« Ces effets d’augmentation du prix du blé à l’international ont une répercussion sur le coût de production de la farine dans nos usines. C’est pourquoi le prix du pain est passé de 4000 GNF à 4500 GNF pour la baguette double et de 2000 GNF à 2250 GNF pour la baguette simple », a conclu Dr Bernard Goumou.

Konaté