Au cours d’un point de presse animé ce mardi 25 juin 2019, à la maison commune des journalistes, le célèbre écrivain guinéen Thierno Monenembo a officiellement annoncé son adhésion au front national pour la défense de la constitution (FNDC).

Devant les journalistes, Thierno Monenembo est largement revenu sur les motivations de sa décision.

« Je partage profondément les principes et les idéaux de ceux qui ont eu l’initiative de créer ce front. Je pense en effet que la constitution est quelque chose de sacré et on ne doit pas la toucher. (…) C’est la constitution qui garantit la paix civile d’un pays. Donc, nous avons le droit et le devoir de la défendre », s’est-il justifié.

Poursuivant, Monenembo dira qu’Alpha Condé n’a rien fait pour ce pays et qui fait qu’on doit dire de lui laisser terminer ses oeuvres.

« Qu’est-ce qu’ils ont commencé comme travail ? Où sont nos écoles, nos hôpitaux ? Où est l’énergie ? Où sont nos routes ? Où est la fraternité nationale, la solidarité nationale ? Où est la justice ?. Ces gens-là n’ont rien fait jusqu’à présent. C’est pas maintenant qu’ils vont faire quelque chose. Degaul (ancien président français ndlr) disait que  » Ce n’est pas 67 ans que j’ai commencé une carrière de dictateur « , il faut dire à Alpha Condé que ce n’est pas à 87 ans qu’on commence une carrière de dictateur », soutient l’écrivain.

Quant à Abdourahamane Sanoh, Coordinateur national du FNDC, il s’est réjoui de cette adhésion avant de tendre la main à tous les « patriotes ».

Abdoulaye Ben Kaba