À Faranah ce jeudi 20 février 2020 où il a entamé sa mini-tournée de campagne électorale, le président guinéen Alpha Condé a donné des consignes à ses partisans en vue de la sécurisation du double scrutin du 1er mars prochain.

Au cours d’un meeting qu’il a animé au stade préfectoral, le locataire de Sékhoutouréya a invité les militants du RPG arc-en-ciel de frapper toute personne qui tentera de saccager les urnes.

“Nous sommes des musulmans. C’est la vengeance qui gâte un pays, mais nous n’accepterons pas la foutaise », a déclaré en substance Alpha Condé qui s’exprimait en langue maninka.

Et d’asséner : « Quand tu es avec un aveugle, il faut le piétiner pour qu’il sache qu’il n’est pas seul. Le jour de l’élection, quiconque tente de saccager les urnes, frappez-le. Mobiliser des jeunes, au moins 10 par bureau de vote pour surveiller les urnes. »

Poursuivant, il est revenu sur les motifs du changement de la constitution.

« Nous voulons changer la constitution pour la parité entre les hommes et les femmes, mettre fin aux mariages précoces, permettre aux handicapées et les personnes âgées de se prendre en charge », dira-t-il.

Reste à savoir comment l’opposition qui jure d’empêcher la tenue de ces scrutins réagira après cette sortie du président Condé.

Patrice