Le sujet concernant la répartition des quotas pour la mise en place des démembrements de la CENI a été largement abordé samedi 24 août 2019, par Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, au cours de l’Assemblée générale hebdomadaire de son parti.

D’entrée de jeu, l’ancien Premier ministre a tenté de rassurer les militants et sympathisants que son parti fera tout pour éviter les divisions au sein de l’opposition.

 » Il y a le processus de mise en place des démembrements de la CENI qui va démarrer dans les sous-préfectures, dans les communes, dans les préfectures. Vous avez sans nul doute suivi, c’est comme si ça divise l’opposition. Mais ce que je pus vous dire, la loi a été appliquée et les concertations sont en cours pour aplanir les divergences. Et, croyez-moi, à cet égard, l’UFDG fait beaucoup pour éviter les petites divisions qui peuvent gêner l’unité et la force de l’opposition et même du FNDC », a-t-il rassuré.

Poursuivant, il dira que la loi a été claire par rapport à répartition du quota pour chaque parti.

« La loi a été claire. Elle a indiqué que chaque parti aura un nombre de représentants proportionnels aux suffrages qu’il a obtenu dans les différentes localités à l’occasion des dernières élections nationales et locales. L’opposition s’est retrouvée et a trouvé un consensus. Pour adopter une méthodologie de travail, une commission de 19 partis a travaillé de la manière la plus rigoureuse et a donné des résultats dont certains n’étaient pas satisfaits… Donc, je tiens à vous rassurer que ça va bien se passer. Il n’y aura jamais l’unanimité, mais la grande majorité des partis politiques de l’opposition était d’accord avec la méthodologie et les résultats obtenus. Pour les autres, nous sommes en train de voir ce qu’il y a lieu de faire pour calmer tout le monde », a ajouté Cellou Dalein Diallo.

Il faut rappeler que selon la répartition du quota de l’opposition dans les démembrements de la CENI, l’UFDG se fait la part du lion avec 1161 membres suivie de l’UFR avec 364, le PEDN 174, le Bloc Libéral 63. Cette clé de répartition ne fait pas l’unanimité au sein de l’opposition.

Konaté