Les fortes pluies qui se sont abattues le weekend dernier sur la préfecture de Guéckédou et plus précisément sur la commune rurale de Nongoa, ont causé d’importants dégâts, a appris Kibaro224.com auprès des autorités locales.

Selon nos informations, c’est la rencontre des fleuves Makona et Mafissa qui a provoqué ces inondations.

Sur le terrain, les dégâts sont énormes selon les autorités locales et depuis samedi, aucune action n’y est menée.

 » Il y a eu inondations depuis le samedi et jusqu’à présent il y a encore des bâtiments qui sont dans l’eau. Nous avons identifié 55 bâtiments et une école complètement décoiffée. Nous avons aussi dénombré 200 familles victimes », a indiqué Fara Victor Tolno, maire de la commune rurale de Nongoa qui rappelle que le dernier cas remonte à 2009.

Poursuivant, il dira que l’urgence se pose aujourd’hui sur le terrain puisque dit-il, il y a des familles qui dorment à la belle étoile et d’autres exposées aux risques de maladies.

« Nous avons besoin d’aides notamment dans le cadre sanitaire parce qu’avec l’humidité, il y a des cas de paludisme qui comment à ravager. Deuxièmement, il faut trouver à manger pour ces gens et nous avons une école qui a été complètement décoiffée. Pour le moment, nous avons aménagé une maison d’accueil où les gens sont logés en attendant », dit-il.

A Conakry, des ressortissants de la localité se sont organisées en comité de soutien pour solliciter de l’aide auprès de bonnes volontés. En attendant donc les réactions du gouvernement et des humanitaires, ce sont plusieurs familles qui se retrouvent dehors à Nongoa.

Dimio