Le 08 Mars de chaque année est consacré à la promotion des droits de la femme à travers le monde, cette journée internationale est à mon avis l’occasion rêvée de porter un regard sur la situation des femmes en pointant du doigt ce qui bloque le développement de la Femme et s’interroger et les progrès qui restent à accomplir.

Nous (les Femmes) sommes les portes étendards du développement, nous devons réfléchir sur notre situation, notre participation dans la vie active et surtout notre rentabilité dans le cadre du développement socioéconomique.

Malgré les efforts du gouvernement, des partenaires au développement, des institutions, des ONG, la situation de la Femme reste toujours stagnée surtout dans les zones rurales.

Si nous voulons combattre les violations de nos droits fondamentaux, l’inégalité, et toutes les formes de discrimination faites à notre égard, nous devons nous lever, prendre conscience, nous battre, s’investir et s’impliquer largement dans la vie active pour se dresser contre les formes d’obstacles qui se dressent sur la voie de notre épanouissement total.

Nous devons porter notre attention sur la promotion de l’éducation et le maintien des filles à l’école, cherchons à connaitre nos droits et nos devoirs de Femmes, promouvons l’autonomisation de la femme à travers l’entrepreneuriat, car une femme autonome est rarement victime de violences flagrantes a moins qu’elles veulent l’encaisser.

Dans un environnement mondial compétitif où plus de 200 millions de Femmes ont été victimes de violences, l’atteinte de l’équité homme-femme doit passer par le fait que nous devons arrêter de compter sur les privilèges qui nous affaiblissent moralement, nous devons travailler, travailler et travailler, s’accentuer sur l’éducation et la formation pour se mettre au-devant de la scène, rehausser notre niveau de leadership et booster nos compétences pour afin pouvoir, gérer les affaires publiques et privées, et participer aux différentes élections.

Nous devons avoir confiance en nous et à tout ce qu’on entreprend pour disposer des responsabilités et participer à des différentes prises de décisions et contribuer efficacement au développement du pays.

Évitons de rester bras croisés et arrêtons de compter sur l’argent facile qui détruit nos rêves et nos ambitions, nous devons savoir que le succès ne se mesure pas qu’a la quantité d’argent que nous cherchons, mais plutôt à l’impact que nous avons sur la vie de nos concitoyens.

Nous devons être proactives à tous les niveaux pour faire de l’égalité de genre une réalité, notamment dans les domaines politique, économique et social. Plus les femmes sont autonomes, plus elles connaîtront de succès dans leur autonomisation politique et sociale.

C’est pourquoi je ne cesse de faire passer ce message aux filles et femmes du monde, mais particulièrement celle de ma Guinée :

  • Evitons d’avoir les bras croisés et apprenons à être responsable ;
  • Arrêtons de compter sur nos parents et maris ;
  • Travaillons dur pour réaliser nos rêves ;
  • Ne laissons personne distraire nos rêves et nos ambitions ;
  • Refusons de prendre des décisions fondées sur la peur;
  • Rien n’est facile dans ce monde. Pour donc réussir, il faut s’investir.

Nous devons nous battre à ce que nous ne soyons plus celles qui accompagnent les mouvements de développement mais plutôt celles qui sont actrices et bénéficiaires.

Il n’y a pas de limite à ce que les femmes peuvent accomplir, décidons et levons nous pour les droits des femmes, nous y arriverons.

Pour finir je souhaite à toutes les femmes du monde une très bonne fête, notons l’année 2020 comme étant une année de relèvement de défi pour l’épanouissement des Femmes.

Pour relever ce défi, nous devons nous lever pour nous-mêmes, nous devons nous lever pour les unes et les autres, nous devons nous lever pour la justice pour tous.

N’ayons pas peur ! Soyons déterminées et engagées ! Investissons-nous !

Madeleine Bintou MILLIMONO Présidente Femmes Solidaires pour Dire et Agir ‘’Femmes SolDA » madcheick@gmail.com