C’est une information kibaro224.com. Les leaders du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) qui ont été condamnés récemment à des peines allant d’un an à six (6) mois de prison, viennent de porter plainte contre l’État guinéen devant la cour de justice de la CEDEAO. Selon nos sources, la plainte qui est déjà en route pour Abuja (siège de la cour de justice de la CEDEAO) est portée par les avocats, Me Mohamed Traoré, Me Salifou Béavogui et Me Pépé Antoine Lama.

L’on reproche à l’État guinéen, la violation du droit au respect du domicile privé du coordinateur national du FNDC, Abdourahmane Sanoh, conformément à l’article 17 du pacte international relatif aux droits civils et politiques et à l’article 12 de la déclaration universelle des droits de l’Homme.

Le FNDC pense que la République de Guinée à également violé le droit à la liberté individuelle, de réunion, d’opinion, d’expression et de manifestation de certains de ses membres notamment Abdourahmane Sano, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Abdoulaye Oumou Sow, Mamadou Baïllo Barry, Mamadou Bobo Bah, Alpha Soumah, Mamadou Sanoh.

Le front national pour la défense de la constitution réclame par ailleurs à l’État guinéen, 3 milliards de FCFA au titre des préjudices subis par les sieurs Abdourahmane Sanoh, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Abdoulaye Oumou Sow, Mamadou Baïllo Barry, Alpha Soumah, Mamadou Bobo Bah et Mamadou Sanoh ainsi que la somme de 2 milliards FCFA pour chacun.

Nous y reviendrons !

Konaté