Ce mardi 29 octobre 2019, il s’est ouvert à l’hôtel Riviera Royal de Conakry l’atelier technique de validation de la revue finale du projet-pilote de réforme et de modernisation de l’état civil dans la région administrative de N’Zérékoré. Un atelier de deux jours dont l’objectif est de partager les conclusions et recommandations issues de l’évaluation avec les membres de la CIRMEC et d’autres parties prenantes. Il est attendu que les participants (principalement les cadres relevant de la Direction nationale de l’Etat civil) enrichissent et approuvent le rapport d’évaluation.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par M. Moustapha Kobélé Keïta, le coordinateur national du programme de l’état civil, par ailleurs conseiller juridique du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. C’était en présence du représentant de l’UNICEF (M. Pierre Ngom), de Mme Cécile BENHAMOU de la Délégation de l’Union européenne, du Directeur national de l’Etat civil (M. Ibrahima Kaba) et du Directeur national de l’Administration du Territoire (M. Fadama Itala Kourouma, modérateur).


« D’une durée de 24 mois (Juin 2016-Mars 2019), avec un co-financement de l’Union européenne et de l’UNICEF à hauteur de 1.411.765 euros, le projet d’appui à la modernisation du système d’état civil en République de Guinée visait l’amélioration des performances du système d’état civil guinéen et la modernisation de ses procédures en conformité avec les normes et standards internationaux », a déclaré Pierre Ngom, le représentant de l’UNICEF en Guinée.

Et de poursuivre: « Dans sa phase pilote, ce projet a été mis en œuvre dans 40 communes de la région administrative de N’Zérékoré. Il a contribué à une augmentation significative du taux d’enregistrement des naissances dans les délais, qui a progressé de 27% en 2016 à 54% en 2019. Au total, ce sont 66.846 enfants qui ont eu leurs naissances enregistrées dans les délais légaux et 27.463 enfants ont eu leurs naissances régularisées auprès des services d’état civil durant la période du projet. »

Le représentant de l’UNICEF n’a pas manqué de louer les initiatives louables que le gouvernement guinéen a prises en intégrant dans la loi rectificative de finances de l’année en cours, une ligne budgétaire en faveur de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de réforme et de modernisation de l’Etat civil en Guinée. Avant de remercier l’Union européenne pour ce soutien financier et de rassurer le MATD de la volonté de l’UNICEF à accompagner le Gouvernement de la République de Guinée dans la mise en œuvre d’un état civil fiable, universel et moderne devant garantir une protection plus efficace de tous les enfants.

Pour sa part, Mme Cécile Benhamou de la section Gouvernance de la Délégation de l’Union européenne en Guinée a indiqué que l’état civil est la portée d’entrée de la réalisation des droits de tout individu.

« C’est aussi une condition sine qua non pour assurer une bonne planification du développement et pour rassurer également la sécurisation des identités des personnes », a-t-elle ajouté.

Elle a rappelé que l’Union européenne est un partenaire de longue date de la République de Guinée dans son développement socioéconomique. A travers le PASDD (Programme d’appui sectoriel à la décentralisation et à la déconcentration), on le sait, l’UE a financé la réalisation du projet-pilote à N’Zérékoré, ainsi que l’élaboration de la stratégie nationale de réforme et de modernisation de l’état civil.

L’honneur est revenu à M. Moustapha Kobélé Keïta, le coordinateur national du programme de l’état civil, par ailleurs conseiller juridique du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, de prononcer le discours d’ouverture de l’atelier. Un discours dans lequel il est revenu entre autres sur la mise en œuvre de ce projet-pilote dont l’importance n’est plus à démontrer.

Au nom de monsieur le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le général Bouréma Condé, il a remercié les partenaires techniques et financiers que sont l’Union européenne et l’UNICEF pour leur accompagnement de qualité dans le processus de réforme et de modernisation de l’état civil en Guinée.

Service Communication du MATD