En ce 22 mars 2020, les Guinéens sont appelés aux urnes pour renouveler leur parlement et doter le pays d’une nouvelle constitution. Des élections contestées par l’opposition et émaillées de violences. Plusieurs cas de blessés signalés à Baïlobayah, dans la commune de Dubréka.

Rien ne va plus au quartier Baïlobayah ce dimanche, jour des élections contestées par le FNDC qui jure d’user de tous les moyens dont il dispose pour entériner ce qu’il qualifie de coup d’état constitutionnel. Des violences et des blessés signalés

Une première victime, Boubacar Noumou Diallo, marchand de profession âgé de 30 ans, a été touché par une bombe lacrymogène à la tête lors d’une croisade d’un pick-up de la gendarmerie dans le quartier.
«Je suis sorti pour aller prendre mon petit déjeuner, un pickup est entré dans le quartier; les policiers nous ont poursuivis. En essayant de m’échapper, j’ai reçu un projectile au niveau de la tête, juste au dessus de mon œil gauche», explique la victime.

Une deuxième victime, Mamadou Alpha Diallo, âgé de 43 ans et marchand de viande. Lui aussi, a été violemment brutalisé et blessé à tête par des gendarmes.

Ils reçoivent actuellement des soins intensifs dans une clinique de la place. Le médecin traitant Dr. Salam Sylla estime que les blessures sont graves et recommande à la première victime de se rendre dans les CHU pour une autopsie afin de s’assurer que la blessure n’affectera pas son œil.

Pour le moment, aucune arrestation n’a encore été signalée, mais des tirs de gaz lacrymogène et de balles réelles retentissent dans le quartier.


Boubacar Barry