Le front national pour la défense de la constitution (FNDC) a donné rendez-vous aux Guinéens ce mardi et demain mercredi pour des manifestations générales en vue de mettre fin au projet de changement constitutionnel et de troisième mandat.

Dans un message adressé aux Guinéens, Dr Faya Millimono, président du parti Bloc Libéral a rappelé que le moment est grand avant d’inviter les uns et les autres à la mobilisation.

« Je commencerais par dire aux Guinéens que l’heure est grave. On est en train de bafouer la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie dans ce pays pour la démocratie, pour l’État de droit. Parce que nous sommes à un tournant qui veut nous ramener effectivement à renvoyer très loin de nous, la démocratie et l’État de droit dans notre pays. C’est pour cette raison que demain et après demain (mardi 21 et mercredi 22 janvier), nous invitons les Guinéens à se mobiliser ici à Conakry comme à l’intérieur du pays », a-t-il fait savoir.

Poursuivant, il ajoute : « La dictature, nous en avons goûté par le passé, la modification constitutionnelle nous l’avons vécu par le passé et cela nous a conduit à une faillite. À Conakry, au moins 600 jeunes ont perdu la vie, il n’y a pas encore de justice pour eux. Pour rien au monde, nous ne devons pas accepter de revenir en arrière. Ce pays a un avenir, la génération montante qui meure aujourd’hui dans la méditerranée nous regarde, le peuple de Guinée nous regarde, levons-nous et mettons fin à la dictature. »

Il faut rappeler que dans une déclaration lundi, le FNDC a accusé le régime de planifier des affrontements ethniques dans plusieurs régions du pays, afin de se servir de cela comme prétexte pour confisquer pouvoir.

Konaté