Suite à cet autre mot d’ordre de manifestation lancé par le FNDC pour ce Jeudi 14 Novembre 2019, la Société Civile Guinéenne à travers la JEUNESSE CEDEAO-Guinée Fidèle à sa mission de veille citoyenne, à déployer une centaine d’observateurs dans le but de contribuer au bon déroulement de ladite manifestation, relever tous les incidents, prévenir la violence et destruction de biens publics et privés, et évaluer la situation avant pendant et après.

Avant que le cortège des manifestants ne bouge à 12h58 minutes, le climat de façon générale était apaisé de 07h jusqu’à 11h et les manifestants se regroupaient progressivement au rond-point de l’Aéroport. Nonobstant quelques groupes qui scandaient des slogans et chants à Matam et à plusieurs endroits de la route le prince dans les environs de 09h – à 11h.

Un fort dispositif de sécurité composé des unités d’intervention de la police et de la gendarmerie nationale avait été placé au pont de Gbessia Kondebounyi, à la Station de Dabondy et d’autres endroits stratégiques afin d’amener les manifestants à respecter l’itinéraire autorisé et les empêcher à défier l’interdiction des autorités.

Le bilan de la journée sur la base des informations recueillies de nos observateursse présente comme suit :

I- Des Interpellations : la manifestation d’aujourd’hui a été marquée par plusieursinterpellations dont nous ignorons le nombre exact pour le moment.

A kindia, 5 membres du FNDC dont le Coordinateur régional ont été arrêtés dans les environs de 12h30 alors qu’ils s’apprêtaient à franchir l’interdiction des autorités communales.

II- Des cas de blessé et agression
 05 blessés ont été relevé pour le moment dont un Gendarme, deux policiers et deux manifestant ;
 Alhassane FOFANA, journaliste du site d’information mosaiqueguinee.com a été
agressé et blessé entre l’aéroport et Gbessia Kondebounyi.
 Mademoiselle Mamadou Diwo BAH journaliste du site Loupeguinee.com, a inhalé une dose importante de gaz lacrymogène avant de perdre conscience et a été transportée à une clinique privée de la place.
III- De cas de Mort, à ce stade, nous regrettons :
 Le décès de Alpha Souleymane DIALLO, élève et âgé de 19 ans survenu à Hamdallaye dont le Corps se trouve actuellement à l’hôpital Chinio- Guinéen.
IV- Des incendies et caillasses ont été constatés notamment :

 A Gbessia Kondebounyi, Un bus de la Sotragui a été brulé et quatre autres caillassés par les manifestants.

V- Des jets de pierres, gaz lacrymogène et affrontements entre
manifestants et forces de l’ordre :
 Au pont de Gbessia Kondebounyi, après leur empêchement de continuer sur l’autoroute, des manifestants ont réagi par des jets de pierre et ont été dispersé par l’intervention des forces de l’ordre par des gaz lacrymogènes.
Concernant les villes de l’intérieur du pays : les manifestations ont été signalées à Kindia ; Dalaba ; Mamou et Lelouma … sans incidents.

Il ressort de nos constats de la journée des analyses suivantes :
– L’usage disproportionné de gaz lacrymogène ayant entraîné des pertes de conscience momentanés et des blessés ;

Des Actes d’incivismes, de défiance, de provocations et de violences de la part des manifestants notamment à Gbessia et devant le siège du parti au pouvoir.

Devant cette situation, la Jeunesse CEDEAO- Guinée :
⁃ Interpelle toutes les parties à plus de responsabilité et d’user de tous les moyens légaux pour mettre un terme aux actes de défiance et de violences ;
⁃ Au gouvernement et aux responsables du FNDC de tout mettre en œuvre pour se mettre autour d’une table de dialogue afin d’arrêter ce cycle de violences.
– Aux autorités judiciaires de mettre l’arsenal judiciaire en branle pour situer les responsabilités dans les violences, faire la lumière sur toutes les tueries et de garantir une justice transparente, diligente et impartiale pour les personnes interpellées dont les droits doivent être absolument garantis et respectés conformément à la Loi.

– Lance un appel citoyen à toute la population guinéenne, les parents, les jeunes Militants et sympathisants à la retenue et au calme pour préserver la quiétude sociale dans notre pays.
– À la presse nationale et internationale de faire toujours preuve de professionnalisme et de responsabilité en ce moment particulièrement sensible.

Fait à Conakry, le 14 Novembre 2019