Ce mercredi 18 septembre, le premier ministre, chef du gouvernement a eu un tête-à-tête avec le président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG). Les discussions entre Ibrahima Kasory Fafana et Dansa Kourouma ont porté sur le débat lié à la constitution et les prochaines élections législatives prévues pour le 28 décembre 2019.

Au sortir de la rencontre avec le Premier ministre, le président du CNOSCG s’est dit partant pour la tenue des élections législatives cette année.

« Il faut que l’Assemblée nationale soit légitime pour discuter de certaines questions de la nation. On n’est pas excité par rapport à une question de date. D’abord, la CENI est l’institution compétente pour donner une indication de date pour les élections, aucune autre entité ne peut se substituer à cela. Mais elle doit s’assurer que toutes les conditions sont réunies pour organiser des élections libres, transparentes et inclusives », dira Dr Dansa Kourouma.

Par contre, il regrette la crise qui mine l’institution en charge des élections en Guinée.

« Il faut que les commissaires de la CENI après prestation de serment arrêtent de s’identifier aux entités qui les ont désigné, c’est un parjure. Il n’y a pas de commissaire de l’opposition ni de la mouvance ni de la société civile. Ce sont les commissaires de la CENI tout court, ils ne doivent obéir qu’à l’autorité de la loi », a précisé Dr Dansa.

En ce qui concerne la question de la constitution, le président de CNOSCG se pose des questions.

« En quoi est-ce que ces consultations sont représentatives de l’opinion du peuple ? Qu’est-ce qu’on reproche à l’ancienne constitution et qui a posé préjudice au fonctionnement normal de l’état ? Quelles sont les bases juridiques pour parler de nouvelle constitution ? Quelle est la procédure d’élaboration d’une nouvelle constitution quand l’ancienne est en vigueur ? C’est la réponse de ces préoccupations qui nous permettra de prendre une décision sereine. Mais on ne peut pas se prononcer sur une constitution qu’on n’a pas vue », a-t-il conclu.

Gnima Aissata Kebe