Comme Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Bah Oury de l’UDRG ou Keamou Bogola Haba de l’UGDD, le président du PEDN Lansana Kouyaté a pris part vendredi 14 novembre 2020 au débat par visioconférence organisé par le Collectif pour la Transition en Guinée (CTG). Il était question pour chacun des leaders participants de faire le diagnostic de la situation actuelle du pays et proposer des solutions.

Dans son intervention, le président de l’UFDG et candidat à la présidentielle du 18 octobre, a indiqué qu’il était bien le gagnant de ce scrutin avec 53,84%. Pour une sortie de crise, Cellou Dalein Diallo a sollicité le soutien de ses pairs en reconnaissant sa « victoire » et s’unir pour faire partir Alpha Condé. Il a également promis de mettre en place un gouvernement d’union nationale.

Mais sa solution n’a pas été du goût de certains leaders notamment Lansana Kouyaté du PEDN. Pour ce dernier, il serait incohérent de cautionner cette élection présidentielle alors qu’ils ont boycotté le double scrutin (référendum et législatives) du 22 mars 2020.

« Les fraudes ne datent pas de maintenant. En 2013, le premier ministre Cellou a dit devant tout le monde : « Nnous avons tous été trichés lors des élections législatives, mais celui qui a subi la plus grande fraude c’est Kouyaté ». Il l’a dit et moi je n’ai pas commenté. Donc, ne faisons pas comme si ce qui est là aujourd’hui ne l’était pas hier », a-t-il d’abord rappelé.

Et d’asséner : « Chaque guinéen peut aujourd’hui faire le diagnostic. Mais comment y aller ? Ceux qui pensent qu’il faut une transition ont juridiquement raison. On ne peut pas dire qu’on est contre une constitution qui a sabordé la constitution précédente de 2010, dire qu’on est contre tout ce qui en serait issu et accepter un quelconque résultat. Ce n’est pas une question de personne, mais tout le monde sait que si le fichier est nettoyé chacun a une chance et le peuple choisira librement qui il veut. Donner un candidat gagnant contre l’autre ou aller à une transition ? Le choix du PEDN a été depuis, d’aller vers une transition qui mette tout à plat pour que les élections se fassent dans les conditions les plus saines. »

Konaté