Invité ce mardi 25 février chez nos confrères de Radio France Internationale (RFI), Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne a réagi sur certains sujets d’actualité notamment le double scrutin : législatif et référendaire qui divise les Guinéens.

L’ancien Premier ministre dénonce le « parjure » du président Alpha Condé qui tente de changer la constitution.

« Je note que M. Alpha Condé viole la constitution qui a servi de base à son élection aussi bien en 2010 qu’en 2015 et sur laquelle il a prêté deux fois le serment. Je note qu’il est en train de commettre le parjure de changer cette constitution et le FNDC va constater qu’à l’absence de la haute cour de justice qu’il a pris soins à dessein de ne pas mettre en place, c’est au peuple de constater qu’il n’est plus digne de la fonction présidentielle », a-t-il indiqué.

Poursuivant, le chef de file de l’opposition guinéenne a déploré le silence de la CEDEAO et de l’Union Africaine face à la crise que traverse le pays.

« C’est vraiment déplorable. Nous avons déploré le silence de la CEDEAO et de l’Union Africaine et nous avons salué la résolution prise par le parlement européen invitant M. Alpha Condé à respecter la constitution et à organiser des élections transparentes », a déclaré Cellou Dalein Diallo.

Le dimanche 1er mars prochain, les Guinéens sont appelés aux urnes pour les élections législatives et le référendum constitutionnel. L’opposition regroupée au sein du FNDC jure de les empêcher par toutes les manières.

Konaté