Kouadio Konan Bertin, ministre ivoirien de la réconciliation et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle fait face à des ennuis judiciaires. Il est accusé de viol par une jeune femme.

Face donc à ces accusations portées par cette jeune dame qui serait une artiste d’origine camerounaise, la justice ivoirienne a ouvert une enquête. Mais le ministre Kouadio Konan Bertin (KKB) qui assure n’avoir « rien à se reprocher » a aussi porter plainte pour “diffamation”.

« Les deux dossiers sont traités en même temps », ont indiqué à l’AFP, des services liés au Parquet.

Dans un document audio diffusé sur internet en début de semaine, une artiste ivoiro-camerounaise, qui affirme avoir été une collaboratrice de M. Bertin, l’a accusé de l’avoir violée en avril dernier, à Divo (200 kilomètres à l’ouest d’Abidjan), où elle dit avoir été emmenée de force.

Interrogé mardi soir sur le sujet, à la télévision nationale RTI 1, le ministre a assuré n’avoir « rien à se reprocher ».

« C’est un dossier pénal qui est entre les mains de la justice », a-t-il ajouté.

Déjà, la jeune dame bénéficie du soutien de la Ligue ivoirienne des Droits de l’Homme qui a décidé mercredi 29 septembre 2021 de l’accompagner dans sa procédure.

La Ligue rappelle qu’elle se tient aux côtés de toutes les victimes de violences faites aux femmes afin qu’elles ne soient plus jamais seules.

Konaté