L’Union des Radiodiffusions et Télévisions Libres de Guinée (URTELGUI) a reçu à son siège sis au quartier Nongo, dans la commune de Ratoma ce vendredi 11 décembre le nouveau bureau du Syndicat de la Presse Privée de Guinée (SPPG). Objectifs, présenter la nouvelle équipe dirigeante du syndicat.

Au sortir de cette rencontre, le Président intérimaire de l’URTELGUI parle de ce dont il a été question.
« Il était question en amont de venir présenter l’équipe de bureau de la SPPG, mais aussi en avale, relancer la question de la convention collective des journalistes de la presse privée de Guinée. Nous avons aussi profité pour rappeler un certain nombre de réalités qui est aujourd’hui l’unité de défense des intérêts des travailleurs. Nous avons tout de même rappeler la nécessité de faire de nos entités de presse, des véritables entreprises qui parviennent à subvenir à leurs besoins, à soutenir les employés dans l’exercice de leur travail. Le syndicat a aussitôt compris, nous aussi nous avons déjà intégré cette position de syndicat. Je crois que dans les prochains jours nous allons devoir passer à la signature de la convention, pour le bien de tous. », dira Aboubacar Camara.

La secrétaire générale par intérim du SPPG pour sa part, décline quelques axes prioritaires de sa centrale aux responsables de l’URTELGUI
« C’est vrai qu’aujourd’hui les cartes professionnelles de la presse sont gratuites, mais qu’est-ce qu’il faut pour permettre à tous journalistes exerçant dans ce domaine d’y avoir. Il faut quand même mettre en place une stratégie permettant aux journalistes d’avoir cette carte de presse. Donc après l’URTELGUI, nous allons continuer à rencontrer les autres associations qui sont impliquées dans ce projet de convention pour qu’on puisse doter la Guinée de cette convention qui nous tient à cœur au sein du syndicat. », a martelé Diaraye Guirassy.



Gnima Aissata KEBE