La commission électorale nationale indépendante (CENI) a proposé le 18 octobre prochain comme jour du premier tour de l’élection présidentielle. Juste après cette annonce les partis politiques de l’opposition ont rejeté à bloc ce calendrier électoral.

Ce jeudi 02 juillet, chez nos confrères de la radio Espace, Mamady 3 Kaba commissaire et porte-parole de la CENI est revenu sur le processus de désignation de cette date et a apporté quelques précisions.

«Ce choix a été basé sur le respect d’une disposition constitutionnelle. La Constitution prévoit en son article 43, que le premier tour de l’élection du président de la République doit avoir lieu 90 jours au plus, 60 jours au moins avant la fin de l’expiration du mandat du président de la République en fonction. Donc il y a un encadrement qui est fourni par la Constitution. Et, la CENI, en tant qu’institution constitutionnelle, ne peut pas violer de manière aussi flagrante une disposition constitutionnelle. 60 jours avant la fin du mandat tombait sur le jeudi 22 octobre 2020 (…) et le dimanche qui vient avant le 22 c’est bien le 18 octobre. Eu regard à toutes les activités qui doivent être menées pour une élection inclusive, transparente et dont les résultats seront acceptés par tous les candidats, la CENI a opté pour le délai minimum qui est 60 jours avant la fin du mandat et c’est vraiment ce qui a été le critère véritable pour proposer le 18 octobre pour la tenue du premier tour de l’élection présidentielle», a-t-il précisé

La rédaction