Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et plusieurs leaders politiques et de la société civile ont réussi, hier jeudi, à mobiliser une immense foule pour s’opposer à tout changement constitutionnel en Guinée. Cependant, Cellou Dalein Diallo ne semble pas encore oublier les cicatrices de l’attaque du cortège funèbre par les forces de sécurité lundi dernier.

Malgré cette mobilisation ravissante pour le FNDC, le président de L’UFDG pense encore à ce qu’il qualifie de “ déshumanisation de notre société » par les services de sécurité.

« J’ai écouté un haut responsable de la police dire que c’est le vent qui a orienté les bombes lacrymogènes dans le cimetière. Ceux qui y étaient ont vu une pluie de bombes lacrymogènes dans l’enceinte du cimetière. Ça leur a pas suffi, ils sont venus ramasser et confisquer toutes les caisses qui avaient servi à transporter nos camarades. Ces caisses sont actuellement confisqués à la CMIS numéro un de Cameroun. On n’arrive pas à les récupérer. C’est pour dire à quel point nos agents de forces de sécurité sont devenus inhumains dans notre civilisation, dans notre culture. Pour eux, la mort est une source de violence », a développé l’actuel chef de file de l’opposition guinéenne.

Poursuivant, Cellou Dalein Diallo va un peu plus loin en imputant toute la responsabilité de ces actes au président de la République.

« Alpha Condé a perdu le sens de la raison et je pense que c’est dû à son âge. Comment laisser faire, laisser commettre des actes comme ça sans que des sanctions ne pleuvent le lendemain s’il était encore soucieux », a t-il réitéré.

Il faut noter que la marche du jeudi a été l’occasion pour Cellou Dalein Diallo et Bah Oury d’être sur la même image. Une première depuis quelques années maintenant.

Boubacar Barry