Le président du parti Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) vient de tirer la sonnette d’alarme sur la situation sociopolitique actuelle de la Guinée. Bah Oury regrette les violences actuelles et imputé la responsabilité aux autorités.

« La Guinée n’arrive pas décidément à se libérer de ses démons qui de manière régulière la plonge dans des crises politiques avec des morts, des destructions et des deuils. La faute revient toujours au pouvoir politique qui de par sa position régalienne tente d’imposer sa volonté.
Se maintenir au pouvoir en usant de moyens anticonstitutionnels est contraire à la charte de l’union Africaine.
Les autorités guineennes doivent se rappeler notre histoire pour ne pas franchir le rubicon en usant de la force pour imposer « un changement inconstitutionnel « , a-t-il fait savoir sur sa page Facebook.

Poursuivant, il dira que si les uns et les autres ne font pas attention, la Guinée risque de suivre le même cheminement que la Centrafrique. C’est pourquoi, l’ancien vice-président de l’UFDG demande au Président Alpha Condé de renoncer à son projet de changement constitutionnel et à la classe politique, il conseille de privilégier le dialogue.

« Stop!! La Guinée risque de connaître si nous ne prenons garde le même cheminement que la République Centrafricaine. D’une longue crise de la gouvernance de Bokassa, en passant à Ange Patassé et au putsch de la mouvance Seleka pour aboutir à des conflits interreligieux et interethniques. Les autorités guinéennes doivent en premier lieu abandonner leur projet de modification ou de changement de la constitution. La classe politique de son côté doit privilégier l’intérêt national et faire preuve de responsabilité et de retenue pour préserver la stabilité du pays », a-t-il conseillé.

Konaté