Après la dernière sortie de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) fixant la date des élections législatives au 28 décembre 2019, l’opposition a tenu une réunion d’urgence lundi 16 septembre au QG de l’UFR à Coléah. Présent à cette réunion, le président de l’UFDG-Renouveau est resté sceptique quant à la réalisation du chronogramme de la CENI.

« De manière objective, je ne pense pas que les conditions soient réunies pour qu’on puisse avoir des élections législatives au lendemain de noël ou entre noël et le nouvel an. Dans le contexte actuel, il faut que les élections soient bien préparées pour que les Guinéens puissent élire de nouveaux représentants dans une Assemblée nationale que nous souhaitons rénover démocratiquement », dira-t-il.

À la question de savoir les raisons de sa présence aux côtés des leaders de l’opposition qui ne partagent pas les mêmes opinions que lui en ce qui concerne l’adoption de la nouvelle constitution, le président de l’UFDG-Renouveau est resté droit dans ses bottes : « Dans la salle, il y avait toutes les tendances qui ont une lecture différente par rapport à l’initiative du président d’instruire son Premier ministre d’organiser une consultation sur la constitution. Et ma position est claire et net, je rencontrerai le Premier ministre comme prévue et l’exposer mes préoccupations », à ajouté Bah Oury.

À rappeler que l’opposition promet d’organiser une conférence de Presse pour bien statuer sur cette décision de la CENI.

Abdoulaye Ben Kaba