Le président Alpha Condé s’est adressé vendredi 28 février 2020 à la nation. Dans son allocution, le président de la République a annoncé un « léger report » des élections législatives et du référendum constitutionnel initialement prévus pour ce dimanche 1er mars. Alpha Condé a justifié cette décision par « responsabilité nationale et sous-régionale ».

Il a par ailleurs écarté toute possibilité pour l’opposition de réintégrer le processus électoral. À l’en croire, il n’y a aucun nouveau dépôt de candidature.

Au lendemain de cette adresse du locataire de Sékhoutouréya, chacun y va de ses commentaires. Si d’aucuns pensent qu’Alpha Condé a capitulé pour préserver la paix et la quiétude sociale, d’autres par contre, notamment au sein du FNDC, sont catégoriques : il ne faut pas crier victoire. C’est le cas de Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition et l’un des ténors du front national pour la défense de la constitution qui pense qu’il s’agit d’une déclaration de guerre.

« Le discours d’Alpha Condé s’apparente plus à une déclaration de guerre à l’endroit de l’Opposition et du FNDC qu’à une offre de paix et de dialogue.
Non au coup d’état constitutionnel, non à la mascarade électorale ni le 1er mars, ni dans 15 jours ! Amoulanfé », a-t-il fait savoir à travers un tweet.

Il faut rappeler qu’une réunion d’urgence du FNDC est prévue cet après-midi à Conakry.

Konaté