Les parlementaires guinéens ont, à l’occasion de la clôture de la session budgétaire 2019 ce lundi 23 décembre, débattu plusieurs questions d’intérêts publics. C’est le cas notamment de l’adoption d’une monnaie unique dans l’espace CEDEAO. Pour le gouverneur de la Banque centrale, il est trop tôt pour la Guinée de se prononcer là-dessus.

Dans sa prise de parole, Louncény Nabé apportait des précisions à des inquiétudes de certains députés présents à l’hémicycle. Tout d’abord, il est revenu sur les conclusions issues de la récente réunion de la commission de la CEDEAO.

« Il ya environ deux semaines, la commission de la CEDEAO a réuni les ministres des finances, des gouverneurs des banques centrales et les chefs d’État. Il s’agissait de se prononcer sur le symbole de la monnaie unique CEDEAO dont le nom a été déjà arrêté, l’Eco (le 29 juin 2019 Ndlr). Le choix était de proposer entre le ‘E’ de l’Eco en le barrant à l’image du Dollar ou de l’Euro ou tout simplement mettre le ‘E’ en le faisant suivre de la petite lettre ‘c’. Les chefs d’État ont choisi ‘Ec’ comme symbole de l’Eco. Aussi, des propositions ont été faites par la commission technique et entérinées par les ministres et les gouverneurs le choix entre Banque centrale ouest-africaine et Banque centrale de l’Afrique de l’ouest ; les chefs d’État ont choisi l’appellation Banque centrale de l’Afrique de l’ouest pour la future Banque centrale.», a expliqué le premier responsable de la BCRG.

Toutefois, Louncény Nabé paraît être surpris par les récents propos du président ivoirien, Alhassane Ouattara, en marge d’une visite du président français, Emmanuel Macron, en Côte d’Ivoire.

« Nous avons entendu comme vous les déclarations venues d’Abidjan indiquant premièrement que l’Eco remplace le franc CFA et que la parité de l’Eco par rapport à l’Euro restera la même.», a t-il avancé.

Face donc à cette nouvelle réalité « Nous Banque centrale, nous nous trouvons dans une posture semblable à la vôtre. C’est-à-dire qu’on va essayer de comprendre de quoi il s’agit. Donc pour l’instant, le mot d’ordre devrait être attendre un petit peu pour comprendre.», a t-il conclu.

Boubacar Barry