Conakry, le 21 mars 2023 â€“ Cette fois est la bonne ! Dans le cadre des pourparlers entre le Gouvernement et les Forces Vives de GuinĂ©e, tous les acteurs ont rĂ©pondu Ă  l’invitation des chefs religieux au Centre Islamique de Donka. 

Le Premier Imam de la mosquĂ©e Fayçal et l’ArchevĂȘque de Conakry ont adressĂ© des remerciements aux parties avant de saluer leur volontĂ© Ă  agir dans le sens de la cohĂ©sion sociale en GuinĂ©e. Pour le mĂ©diateur en chef, Elhadj Mohamed Saliou Camara, Â Â» le fait de se retrouver autour de la table, est une grande fĂȘte ». La rencontre a Ă©tĂ© placĂ©e sous le sceau de la confiance mutuelle et le respect. 

Du cĂŽtĂ© des Forces Vives de GuinĂ©e, les reprĂ©sentants des six (6) composantes ont chacun apprĂ©ciĂ© les efforts du Premier ministre. « (…) Nous sommes conscients des efforts’’ dĂ©clarera un reprĂ©sentant avant d’inviter Ă  adopter« des postures symboliques pour renvoyer un bon signal ».

En rĂ©ponse, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, s’est dit heureux de retrouver ses frĂšres autour de la table avec des propos rassembleurs. Une nouvelle fois, il a insistĂ© afin que les religieux disent la vĂ©ritĂ© aux parties. « C’est dans la vĂ©ritĂ© que nous trouverons la solution aux problĂšmes de la GuinĂ©e » assure Dr Bernard Goumou.

Pour avancer dans un cadre juridique, le Premier ministre, a invitĂ© les FVG Ă  rejoindre le cadre de dialogue inclusif et le comitĂ© de suivi permanent des rĂ©solutions du cadre de dialogue pour dĂ©battre de tous les sujets objets de dĂ©saccord. Â« Nous sommes condamnĂ©s Ă  vivre ensemble, donc Ă  s’entendre ! » a prĂ©venu le garant du dialogue politique et social en GuinĂ©e. Dr Bernard Goumou a rappelĂ© Ă  tous la volontĂ© du PrĂ©sident de la Transition de mettre les GuinĂ©ens ensemble pour une transition inclusive et apaisĂ©e.

AprĂšs plus de deux heures d’entretien courtois, Monseigneur Vincent Koulibaly, mĂ©diateur en second des pourparlers, a indiquĂ© que les Ă©changes ont Ă©tĂ© fructueux. Il a prĂ©cisĂ© que la rencontre a permis de Â« recenser des cas urgents auxquels il faut trouver des solutions rapides. Une liste est entrain d’ĂȘtre Ă©laborĂ©e et sera transmise aux chefs religieux Â». Aussi poursuivra-t – il, Â« nous avons cherchĂ© Ă  mettre en place un cadre juridique
 pour que toutes les dĂ©cisions et dispositions que nous allons prendre puissent ĂȘtre logĂ©es dans les lieux prĂ©cis dans le bonheur de la GuinĂ©e Â». Les cas urgents Ă©voquĂ©s ont portĂ© notamment sur des situations de pathologies de certains acteurs en conflit avec la loi et qui ont besoin d’une Ă©vacuation sanitaire. 

Les discussions se poursuivront dans un cadre plus restreint avec six représentants des Forces vives de Guinée.